Black hat vs white hat

Il y a plusieurs manières de faire du référencement. Certaines sont plus recommandables que d’autres. C’est l’éternelle histoire du Black hat SEO et du White hat SEO. Futur Digital apporte des précisions sur ces deux méthodes.

La chasse à la visibilité

Devant l’envergure d’Internet, le principal défi d’un site est d’être assez visible pour générer du trafic. C’est à ce niveau qu’intervient le référencement. En quelques mots, il s’agit de faire en sorte que les pages se retrouvent dans les premiers résultats des moteurs de recherche. Notoriété-popularité-autorité. C’est-ce que vise les référenceurs pour espérer être bien positionné.

Dans ce sens, on distingue deux types de méthodes à savoir le White hat et le Black hat. Il est à noter qu’on doit ces termes aux films western dans lesquels le héros ou le shérif ont un chapeau blanc vissé sur la tête tandis que les méchants portent toujours un chapeau noir. Cela donne une idée sur chacune de ces deux méthodes.

White hat : la norme

Le White hat SEO est la méthode de référencement la plus utilisée. C’est d’ailleurs celle proposée par Futur Digital. Les techniques dans cette catégorie respectent en quelque sorte l’éthique en suivant les règles de Google et des autres moteurs de recherche. On parle de référencement naturel dans la mesure où la visibilité est octroyée par rapport à l’algorithme établi. Le trafic ainsi généré peut être facilement consolidé. Le référenceur travaille essentiellement sur le contenu, les pages et le netlinking. C’est une tâche qui peut prendre plusieurs jours, mais, si elle est bien faite, peut assurer un bon positionnement du site sans craindre de s’attirer les foudres des moteurs de recherche.

Il faut savoir que Google et consorts ont des règles et les sanctions qui vont avec en cas d’infraction. Dans cette optique, la Sandbox fait figure de croquemitaine chez les référenceurs. C’est une pénalité qu’inflige le moteur de recherche pour sanctionner les contrevenants aux règles du référencement. En quelques mots, la Sandbox, littéralement le bac à sable, c’est un peu comme les oubliettes du Web.

Futur Digital vous invite à toujours privilégier le White hat SEO qui permet de bénéficier d’un bon référencement en toute sérénité.

Black hat : visibilité à tout prix

Contrairement au White hat, le Black hat est le bad boy du référencement. Il consiste à manipuler le système afin d’obtenir un trafic conséquent en peu de temps. Généralement, cette pratique est utilisée par les sites qui n’entendent pas s’inscrire dans la durée comme c’est le cas de la vitrine d’un événement ponctuel. Le but est clair. Générer le maximum de trafic avant que Google n’identifie le site et le sanctionne.

Pour cela, les référenceurs du côté obscur de la force ont plusieurs cordes à leur arc avec des techniques comme le cloaking, l’utilisation d’une ferme de liens, le doorway, le texte caché, le keyword stuffing ou le duplicate content. Les plus doués dans le Black hat peuvent parfois passer entre les mailles de Google. Il convient toutefois de rappeler qu’ils s’exposent ainsi en permanence à l’effet Sandbox.

Publicités